A quelques dizaines de kilomètres du Machu Picchu, le mystérieux Choquequirao s’offre aux randonneurs motivés. Pour profiter au mieux de ce trek assez sportif, suivez notre itinéraire.

Premier stop à Santa Rosa

Au programme de cette première journée : 7 kilomètres jusqu’au mirador de Capuliyoc puis la descente vers playa Rosalina et, après un bon casse-croûte, une sacrée montée jusqu’au camping de Santa Rosa baja. Le programme est dense avec cette journée de 7-8h, mais le plus dur est fait.

Deuxième arrêt à Marampata

Au matin de la deuxième journée, poursuivez la montée jusqu’au camp de Marampata (juste avant le village du même nom). Délestez-vous alors de vos gros sacs (oui, vous avez bien lu, ça fait du bien) et plantez votre tente pour ne monter qu’avec l’essentiel : eau, crème solaire, appareil photo et de quoi grignoter. En 2 ou 3 heures, vous rejoindrez alors le site du Choquequirao (après avoir obtenu votre ticket d’entrée contre 60 soles), ayant toute la matinée et le début d’après-midi pour vous balader sur le site. Une fois bien émerveillé, vous pourrez entamer la descente vers Marampata (environ 2h30) pour y passer la nuit.

Le “Choque” en 3 jours, c’est possible

Le troisième jour, deux options s’offrent à vous. La première : départ à l’aube pour redescendre en vitesse jusqu’à playa Rosalina et entamer la (longue) remontée vers le mirador de Capuliyoc, puis passer la nuit là-haut. Il vous restera alors une petite heure de marche le lendemain pour rejoindre la maison de Luisa, où un taxi vous attendra pour le retour vers le croisement de Sayhuite. Vous serez à Cusco en milieu de journée.

Couper en deux le retour ?

La deuxième option est de diviser le retour en deux jours. Le premier, vous descendez jusqu’à playa Rosalina puis remontez jusqu’au camp de Chiquisca, à mi-chemin de l’ascension. Le lendemain, vous pourrez alors achever la montée puis rejoindre la maison de Luisa où le taxi vous attendra. Vous serez à Cusco dans la soirée.

Autre option : camper directement au Choquequirao

Une autre option de parcours, si vous souhaitez étaler les efforts, consiste à dormir au camping du Choquequirao le deuxième soir (en s’arrêtant par exemple à playa Rosalina la première nuit). Vous pourrez alors profiter du site le soir-même et le lendemain matin. La contrepartie étant d’aller assez vite sur le retour. Et il est alors difficile d’arriver tôt à Cusco le 4ème jour.

Le “Choque” se mérite. Posté à 3 000m d’altitude, ces ruines Incas ne sont accessibles qu’aux randonneurs. Après 2 jours de marche, la récompense se situe largement au niveau de l’effort. Isolé au milieu des montagnes, le décor se révèle magnifique. Difficile d’accès, il ne s’offre donc qu’aux visiteurs les plus motivés, tout heureux de profiter (seuls) de ce site mystique.

Le bon plan “chez Luisa”

Le trek jusqu’au Choquequirao est dur, c’est vrai. Alors pourquoi ne pas en profiter en étant bien reposé ? Savourer 2-3 heures à arpenter les lieux. Pour ça, le programme commence dès Cusco.

 

D’abord, préférez passer la nuit chez Luisa (encadré) à Colmena, plutôt que d’enchaîner les transports depuis Cusco et d’entamer la marche vers le “Choque” dans la foulée. Les choses sérieuses débutent le lendemain. Après un copieux petit-déj chez Luisa, filez vers 7h du matin.

La nuit coûte 30 soles par personne (petit-déjeuner inclus) et il est possible de manger sur place la veille de votre grand départ pour la rando !

WhatsApp de Luisa : +51 993 384 264

"Chez Luisa"

Le parcours en temps de marche

J1, de chez Luisa à Santa Rosa :

7h (18kms, dénivelé +700, -1400)

 

J2 matin, de Santa Rosa à Marampata :

2h (3kms, +750)

 

J2 matin, de Marampata au Choquequirao :

2h30-3h (5kms, +250)

 

J2 après-midi, du “Choque” à Marampata :

2h-2h30 (5kms, -250)

J3, de Marampata au mirador de Capuliyoc :

8h (14kms, -1350, +1400)

OU J3, de Marampata à Chiquisca :

3h (7,5kms, -1350, +400)

J4, du mirador de Capuliyoc à chez Luisa :

1h-1h30 (7kms, -100)

 

J4, de Chiquisca à chez Luisa :

3h (13,5kms, +1000, -100)