Accessible depuis Pékin, la muraille de Jiankou offre un superbe cadre de randos et, surtout, un magnifique spectacle au coucher du soleil. Rendez-vous au niveau des « escaliers du paradis ».

La portion paraît légèrement pentue. Plusieurs dizaines de marches pour gagner de la hauteur. Vite, très vite même. Le souffle coupé, le dos trempé, et le regard fixé au sommet. Pour gagner son conflit interne contre le vertige. Les « escaliers du paradis » valent bien leur surnom informel. Car ils dominent la muraille de Jiankou, au milieu de la montagne et tout proches du ciel. Là-haut, l’adrénaline laisse place a l’extase. Celle d’un spectacle quotidien. Et pourtant unique.

Une portion de la muraille jusqu’alors invisible

Les rayons du soleil commencent à faiblir de l’autre côté de la Muraille, vers Mutianyu. Les tours de garde, une à une, disparaissent dans l’ombre. Il faut alors se hâter. Car le spectacle se joue à dix minutes de marche, à une balade, seul sur la Muraille. Deux tours plus loin, le spectacle prend un autre visage. La lueur du jour flanche, le soleil somnole doucement. Avant de s’allonger derrière la montagne. Quelques-uns de ses rayons persistants découvrent alors une portion de la Muraille jusqu’alors invisible.

Le silence prolonge cet instant. Dans la nuit tombante, le retour jusqu’au village de Xizhazi, au pied de la Muraille, s’exécute dans une brume d’émerveillement. En solo dans le noir. Guidé par le seul souvenir lumineux de ce soleil couchant.

Depuis la gare de Dongzhimen, prenez le bus 916 jusqu’à Huairou. Depuis cette ville, prenez ensuite le H25 jusqu’à Xizhazi, point de départ des randos sur la muraille de Jiankou.

Comment se rendre à Jiankou ?