Depuis que la construction des routes s’intensifie sur le parcours du trek des Annapurnas, il n’existe plus vraiment un itinéraire classique à parcourir. De Bhulbhule à Ratipana en passant par le Tilicho Lake, voici le nôtre, entre 12 et 15 jours.

Soyons clair, il n’existe pas d’itinéraire classique sur le trek des Annapurnas. Vous recroiserez souvent les mêmes randonneurs en chemin mais ils auront sûrement commencé avant vous et prévu de finir après vous. Ou vice-versa.

 

Notre itinéraire, de Bhulbhule à Ranipata est tout à fait adaptable. Vous pouvez par exemple passer plus de temps à Manang, aller plus vite sur la fin, prendre plus votre temps sur le début ou zapper le Tilicho Lake. Mais en attendant, voici notre parcours.

Jour 3 : de Timang à Upper Pisang (22kms, +700m)

Journée de transition. Le terrain est assez plat et la montée progressive. Quelques cours d’eau égayent la randonnée et les montagnes avoisinantes commencent à être vraiment impressionnantes. 

Jour 4 : d’Upper Pisang à Braka (13kms, +200m)

Après une grosse montée (500m de dénivelé sur 5 kilomètres) jusqu’à Ghyaru, le paysage est splendide. D’abord le village, avec les farandoles de drapeaux de prières bouddhiques. Et le décor en arrière-plan : des sommets à 7 000m. On commence à sentir la beauté et le frais de l’altitude. 

On s’arrête à Braka pour anticiper notre aller-retour à l’Ice Lake le lendemain mais vous pouvez prolonger à Manang. Au menu : cinéma, ravitaillement, baisse des prix et détente avant d’attaquer les hautes altitudes. Ici, la majeure partie des randonneurs effectue une journée d’acclimatation.

Jour 6 : de Braka au Tilicho Base Camp (17kms, +800m)

La montée est progressive jusqu’au Tilicho Base Camp. L’altitude commence à se faire sentir donc il s’agit d’être prévenant. D’autant plus que la destination est prisée par les Népalais depuis qu’un célèbre film façon « Feux de l’amour » a été tourné au Tilicho Lake.

Si nécessaire, coupez cette étape en deux en vous arrêtant à Yak Kharka ou Shreekharka. Histoire d’arriver assez tôt au Tilicho Base Camp et vous assurer d’avoir un lit, bien très prisé à cette altitude.

  • Bhulbhule 840m

  • Jagat 1400m

  • Dharapani 1860m

  • Timang 2600m

  • Chame 2650m

  • Lower Pisang 3200m

  • Upper Pisang 3300m

  • Manang 3519m

  • Shree Kharka 3800m

  • Tilicho Base Camp 4200m

  • Tilicho Lake 4919m

  • Churi Ledar 4200m

  • Thorung Phedi 4450m

  • Thorung La 5416m

Altitudes par lieu

Pour info, nos dénivelés et nos distances sont basés sur maps.me. Vérifiez bien toujours ce que l’application prévoit car certaines journées sont un peu en yoyo et vous faites plus de dénivelé que ce qu’on vous écrit.

Jour 1 : de Bhulbhule à Jagat (19 kms, +600m de dénivelé)

Cette journée est assez progressive et vous emmène à travers les rizières. Le t-shirt est de sortie et vous vous demandez pourquoi vous avez trimbalé des affaires aussi chaudes dans votre sac. Cette étape peut être écourtée ou allongée car de nombreux villages se situent à proximité de Jagat.

Jour 2 : de Jagat à Timang (22kms, +1 200m)

Comme la veille, une portion du parcours est constituée de chemins caillouteux où les 4x4 vous balanceront de la poussière sans pitié. L’arrivée à Timang, après un bon dénivelé de 500m sur 4 ou 5 kilomètres est éblouissante. Depuis le village, en octobre, on aperçoit des sommets enneigés alentour. Et on comprend enfin pourquoi on a embarqué notre polaire. 

Jour 5, acclimatation : Braka - Ice Lake - Braka (12,5kms, +1 200m, -1 200m) 

En partant tôt au milieu des yacks et suivi par les chiens, on arrive à l’Ice Lake avec les lueurs du jour levant. Le spectacle est splendide. Les montagnes enneigées sur le versant faisant face au premier lac, situé à quelques mètres de l’Ice Lake, se reflètent dans l’eau. L’effet miroir est bluffant.

Le secret pour assister à ce chef-d’œuvre de la nature : partir tôt. Sur le retour, des dizaines et des dizaines de randonneurs réalisent l’ascension et ne profiteront pas de la quiétude des lieux. En tout cas pas tout seuls. 

Cette journée d’acclimatation permet également de réaliser des ascensions plus « légères » en termes de dénivelé. Si le paysage à l’Ice Lake, à 4 600m, est époustouflant, il faut garder en tête que cette journée doit permettre de préparer au mieux la suite de la randonnée.

Jour 7 : Tilicho Base Camp - Tilicho Lake - Upper Shreekharka (16kms, +870m, -1 050m)

Dès 4h du matin, les randonneurs défilent pour compléter les nombreux lacets jusqu’au Tilicho Lake. Après quelques heures d’ascension - gérez bien votre allure, l’un de nous deux l’a appris à ses dépens, on ne rigole pas à cette altitude-là -, le bleu azur du Tilicho Lake s’offre à vous, au milieu des montagnes. L’effort est largement récompensé, savourez.

Après la descente, le temps de débriefer vos impressions après avoir découvert ce superbe panorama et vous êtes déjà à Upper Shreekharka. Où, encore une fois, les chambres sont prisées.

Jour 8 : Upper Shreekharka - Churi Ledar (13kms, +200m)

Après le spectacle du Tilicho Lake, le Thorung La Pass s’offre à vous. Après avoir rebroussé chemin vers Shreekharka la veille, vous vous dirigez vers Churi Ledar dans une marche de quasi décrassage comparé à l’effort de la veille.

À Churi Ledar, en arrivant assez tôt, vous aurez un bon lit et de quoi vous offrir un bon repas dans l’espace « bien chaud » (tout est relatif) de la salle commune. À partir de là, vous comprenez vraiment pourquoi vous avez autant d’affaires pour le froid dans votre sac.

Jour 10 : Thorung High Camp - Thorung La Pass - Ratipana (13kms, +550m, -1 750m)

En fonction de votre rythme de marche, le départ s’effectue entre 2 et 4 heures du matin, pour arriver en même temps que les lueurs du jour au Pass et surtout éviter le vent, qui se lève assez tôt. Très linéaire, cette portion d’un peu moins de 4 kilomètres se fait presque à la file indienne. Pour atteindre le Thorung La Pass après 550 derniers mètres de dénivelé.

Là-haut, vous retrouvez de nombreux visages croisés pendant la rando, l’enthousiasme est contagieux et les sourires et les accolades chaleureuses tranchent avec le vent, glacial par moments.

Après avoir savouré votre ascension, discuté avec de vieilles connaissances et apprécié votre effort, la descente vers Muktinath vous attend. Avec en panorama un avant-goût du Mustang (prochaine destination ?). La précaution est de mise car, même si vous pensez que le plus dur est derrière vous, la descente est périlleuse. Surtout car le randonneur est soulagé.

Après 1,8 kilomètre de dénivelé et 14 kilomètres de marche, vous voilà à Ranipauwa. Certains dormiront là et prolongeront le plaisir de la marche le lendemain. D’autres repartiront en transport vers Jomsom. Soit pour attraper un avion (dont l’unique décollage quotidien est conditionné au vent) le lendemain matin, soit pour regagner Pokhara après un trajet épique en bus. De quoi largement se rappeler les anecdotes accumulées au cours de la rando.

Jour 9 : Churi Ledar - Thorung High Camp (6kms, +700m)

En fonction de votre état de forme, décidez plutôt de dormir à Thorung Pedi ou au High Camp. En arrivant avant 9h30-10h au High Camp, vous devriez avoir une chambre correcte. Dans l’après-midi, acclimatez-vous un peu en montant sur le point de vue avoisinant pour admirer un dernier panorama de ce côté de la vallée.

L’ambiance est assez spéciale. Tous les randonneurs sentent la fin de leur marche et l’esprit est assez joyeux toute la journée. Chacun exprime son excitation, ses moments préférés de la rando et ses doutes avant de franchir le Pass. Puis vient la nuit, froide il faut le dire, avant l’ascension finale.

Pour éviter le MAM (mal aigu des montagnes), on vous conseille de beaucoup parler avec vos co-randonneurs. Il ne faut pas hésiter, en cas de fatigue, d’essoufflement, de mal de tête, à avertir vos compagnons que vous aimeriez ralentir. Il faut au maximum guetter les signes avant-coureurs afin de ne pas souffrir du MAM et de profiter au mieux de la randonnée.

Chacun réagit différemment en fonction de l’altitude et chaque randonneur peut souffrir d’un MAM, même si ça ne lui est jamais arrivé. On vous conseille donc de vous hydrater, d’éviter de transpirer, d’éviter d’être essoufflé (ça veut dire que vous gérez bien votre effort) et, encore une fois, de ne pas hésiter à avertir d’autres personnes au moindre doute.

Le MAM